S'identifier - S'inscrire - Contact
 


Faites le pas...


www.nucleairestop.be

A assister
 

Aucun article


A faire ou à suivre

Aucun article


A signer

Aucun article

 




Quels sont les projets de Trop de Bruit en Brabant wallon en matière de nuisances sonores?

Version imprimable

> > > Quels sont les projets de Trop de Bruit en Brabant wallon en matière de nuisances sonores?

Pourquoi s'intéresser au ?

Parce ce que le a une valeur symbolique, exemplative du monde tel que nous le vivons : trépidant, stressant, envahissant, fatigant, pollué et polluant.

Le n'est en rien innocent. Il est responsable de troubles de , de problèmes de société. Mais le , ce n'est pas que cela. Quand il y a quelques années, les groupes de citoyens se sont intéressés au des avions, ils n'avaient conscience que de la partie émergée de l'iceberg: les nuisances sonores. Mais se confronter au , c'est se confronter au système de développement, à la manière de fonctionner de nos sociétés.

On ne peut pas s'attaquer au sans remettre en question tout ou partie de certaines activités économiques. On ne peut pas s'attaquer au en faisant l'impasse sur les autres nuisances créées par ces activités. S'attaquer au , c'est par exemple, s'attaquer aux vols de nuit. Mais s'attaquer aux vols de nuit, c'est remettre en question leur utilité, leur raison d'être. Il ne faut pas être clerc pour constater que ce qui est transporté la nuit n'a plus de caractère urgent : les essieux de camion, les pièces d'ordinateur, voire les fruits et légumes, peuvent, s'ils doivent être vraiment transportés par avion, voyager de jour. S'attaquer aux vols de nuit, c'est s'interroger sur le besoin d'importer de la viande d'Argentine ou des haricots du Kenya. S'attaquer aux vols de nuit, c'est s'interroger sur la pertinence de la détaxation du kérosène. S'attaquer aux vols de nuit, c'est mettre en avant les dégâts provoqués par les gaz à effet de serre produits à haute altitude (multiplicateur de 2 à 4), amplifiés par le caractère nocturne de ces émissions. S'attaquer aux vols de nuit, c'est aussi s'interroger sur nos manières de faire, de consommer, parce que ce trafic est favorisé par nos exigences de consommateur ou notre laxisme de citoyen.

C'est ainsi que notre association, , a abordé le des avions, en le replaçant dans son contexte : celui de l' et de son impact sur l'environnement.

Nous avons été interrogés, depuis la naissance de notre groupement et la création de ce site, sur les actions que nous pourrions mener sur d'autres formes de nuisances sonores : routes bruyantes, défilés incessants de quads ou passages à basse altitude de tondeuses à gazon volantes par exemple. A ce sujet, il est paradoxal d'interdire la tonte des pelouses le dimanche et d'autoriser le passage de ces parachutes motorisés. (Voir notre dossier ).

Un des points qui ont retenu notre attention est le lié à la et ses corollaires : développement de liaison autoroutières inutiles, contournements superflus, infrastructures déficientes auxquelles l'on n'apporte pas remède par des murs antibruit par exemple, circulation en augmentation, vitesse excessive, développement urbanistique, etc.

En collaboration avec d'autres , a donc décidé de s'investir dans ce dossier, comme il l'a fait dans celui des nuisances aériennes : en informant et en dialoguant, replaçant la dans son contexte.


Interactions: La lettre d’information

La lettre d’information des associations environnementales de Wallonie

Liste complète