S'identifier - S'inscrire - Contact
 


Faites le pas...


www.nucleairestop.be

A assister
 

Aucun article


A faire ou à suivre

Aucun article


A signer

Aucun article

 




Efficacité énergétique des voitures : l'Europe perdra-t-elle son leadership ?

Par L'informateur • Pollution, chimie et substances nocives • Samedi 09/06/2012 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : , ,

 

Communiqué de presse d'Inter-Environnement Wallonie

Selon l’agence Reuters[1], la Commission serait sur le point de publier une proposition confirmant l’objectif de 95 gCO2/km pour la moyenne des émissions des voitures neuves vendues en 2020[2]. La Fédération européenne Transport and Environment, dont est membre Inter-Environnement Wallonie, met en garde la Commission : cet objectif n’est pas suffisant pour garantir que l’Europe conserve sa place de leader en matière d’efficacité énergétique des véhicules[3].

Les objectifs de réduction de CO2 profiteront à tous les conducteurs européens qui, toutes choses égales par ailleurs, économiseront en moyenne 500 euros par an en frais de carburant si la proposition de la Commission est adoptée. Un objectif plus ambitieux (de 80 gCO2/km) induirait une économie supplémentaire de 150 euros par an. L’enjeu économique est d’importance pour l’Union européenne : ses importations de pétrole (dont un tiers est destiné aux voitures) se montent annuellement à environ 300 milliards d’euros.

Le problème principal posé par la proposition de la Commission est l’absence de vision au-delà de l’horizon 2020. L’administration US a pris des dispositions telles que, en 2025, la voiture américaine moyenne intégrera plus de technologies avancées en matière d’efficacité énergétique que son équivalente européenne. Le danger est donc réel de voir l’Europe perdre son avantage compétitif en matière de véhicules bas carbone si les équipementiers ne reçoivent pas les garanties nécessaires pour réaliser les investissements requis pour développer les technologies de pointe.

Au cours des dernières années, l’industrie automobile a régulièrement affirmé que des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2 et d’amélioration de l’efficacité énergétique rendraient les véhicules hors de prix. Ces affirmations sont infondées : sur la période 2002-2010, les prix des véhicules neufs ont baissé de 13%. Il n’y a aucun doute : une législation claire, ambitieuse, fixant des objectifs à long terme, constitue un formidable incitant à l’innovation technologique. L’Europe devrait en tenir compte.


[2] L’objectif de 95 gCO2/km en 2020 est fixé dans l’article 1 du Règlement (CE) N° 443/2009 « établissant des normes de performance en matière d’émissions pour les voitures particulières neuves » et doit, selon les termes de l’article 13, faire l’objet d’un réexamen pour le 1er janvier 2013 au plus tard

[3] Les émissions de CO2 d’un véhicule sont directement proportionnelles à sa consommation de carburant : la combustion d’un litre d’essence dégage environ 2,36 kg CO2, celle d’un litre de diesel 2,63 kg CO2

D'autres articles sur le même sujet


Interactions: La lettre d’information

La lettre d’information des associations environnementales de Wallonie

Liste complète